chateau-de-ledeuix

L’histoire de Ledeuix

Le village est mentionné dès le Xème siècle sous le nom de Ladux, puis Ledeuixs sous le XIIIe siècle, Ladeuix en 1323, Laduxs en 1344, Laduxium en 1374, Laduixs en 1385, Leduxs en 1420, Ledeuich en 1538, Leduch en 1779 et fin XVIIIe Leduis.
Au Moyen Âge, c’était un village d’une certaine importance pour l’époque. Le dénombrement général de 1385, sous Gaston-Phoebus, atteste la présence de 43 maisons. Il n’y avait alors aucun artisan.
Le nom indique étymologiquement une « étendue, rebord du plateau ».
Le village se présente en deux parties distinctes : la première regroupe l’abbaye laïque (château), l’église, et de récentes constructions; la deuxième, en contrebas, à proximité du gave d’Oloron est constituée de demeures plus anciennes. Il s’agit là d’une organisation fréquente à l’époque médiévale, le village se trouve au pied du château. Le bourg a conservé une physionomie médiévale et son paysage est encore marqué par son histoire.
Ainsi, des plants de vignes sont entretenus au cœur du village, réminiscence d’une antique pratique puisque l’on sait que le Seigneux Lédeuix avait droit de vendre son propre vin avant celui des villageois. La communauté s’était dotée de jurats (dont Arnaud-Guilhem, jurat du Vic d’Oloron-Josbaig vers 1280) pour défendre ses droits et parer à toutes les doléances soumises.
Elle avait constitué un fond commun composé de bois, de terres et de fougeraies loués à l’abbaye Saint-Vincent de Lucq de Béarn et d’une forge malheureusement inutilisée.
La plupart des fermes du bourg ancien datent du XIXème siècle.
Les seigneurs primitifs, les Lédeuix, figurent à la tête de la bourgeoisie oloronaise dès le XIIème siècle. Un dénommé Gailhard de Ladux, évêque d’Oloron (l’un des descendants d’Arnaud-Guilhem) dont la famille possédait l’abbaye laïque de Ledeuix, fut requis en 1290 par le Vicomte Gaston VII Moncade pour déposer son sceau sur son testament.
Longtemps, seigneurie et abbaye furent une dépendance du puissant monastère de Lucq de Béarn pour devenir plus tard directement vassale du vicomté de Béarn.